Musique – Interview : Roda de Choro de Bordeaux

Posté le: mai 22, 2019 Posté par: La team FdlM Comments: 0

Musique – Interview : Roda de Choro de Bordeaux

Le choro est une, sinon la plus ancienne, musique authentiquement brésilienne. Remontant au milieu du XIXème siècle, à Rio de Janeiro, le choro, qui se joue en « roda » (ronde) et qui signifie « le pleur » en portugais brésilien, est antérieur au samba et à la bossa nova, dont il est l’une des sources. Son style fusionne des influences européennes variées et s’enrichit d’éléments de percussion d’inspiration africaine.
A Bordeaux, il existe un groupe qui propose des rencontres hebdomadaires de formation et études collectives de ce style musical, ouvertes au public. C’est la Roda de Choro de Bordeaux, composée de guitares (7 cordes et 4 cordes, appelée cavaquinho), de clarinette, de flûte traversière, et de percussions (pandeiro et tan).

Comment est née la Roda de Choro ?
A l’initiative de notre violoniste en chef, Vérônica, les premières soirées « roda de choro » se sont organisées dès 2013, à l’Avant-Scène (chaleureux bar du cours de l’Yser à Bordeaux). Au début, c’est au sein du réseau limité des personnes pratiquant une musique brésilienne, sur Bordeaux et ses environs, que s’est diffusée l’information de la constitution d’une telle roda. Ensuite, un noyau de participant.e.s régulier.ère.s s’est peu à peu formé. L’enthousiasme propagé par Vérônica a donné lieu à des soirées régulières, et un répertoire s’est rapidement étoffé. Pour vous donner une idée, nous en sommes à notre 231ème soirée de choro, et encore, on ne compte pas les répétitions purement techniques ou les prestations. Le répertoire évolue toujours, tout comme le groupe. Ainsi, un mandoliniste nous a rejoint récemment, pour notre plus grand plaisir. Et nous apprécions les collaborations avec d’autres pratiquant.e.s, sur Toulouse, Angoulême etc.

Comment Vérônica a découvert la culture brésilienne et aussi le choro ?
Vérônica a grandi dans le beau pays de Caux, ce n’est pas cela qui explique sa passion pour le choro ! Ses origines familiales la rattachent d’ailleurs plus aux Highlands écossais qu’au Pão de Açúcar de la baie de Guanabara… Mais comme pour nous autres, les musiques brésiliennes, et le choro plus particulièrement, sont entrées dans sa vie et cette pass ion l’a amenée jusqu’à aller au Brésil faire des stages, et à en revenir avec le projet de monter une Roda à Bordeaux… et à le faire !

Pour celles et ceux qui n’ont jamais écouté le choro, comment vous pouvez le présenter ?
Une musique instrumentale, classique et nostalgique, mais je ne suis pas sûr que ce soit la meilleure façon de présenter les choses ! De même, quand on parle du choro comme l’équivalent brésilien du tango argentin, ou quand on dit que le choro est l’ancêtre de la samba, c’est certes vrai, mais pas très parlant. Le choro est une musique brésilienne populaire vivante, pétillante et généreuse. C’est une fusion de « swing » à la brésilienne et de musiques de danse européennes. Entre nous, on a une expression : la chorothérapie. Personnellement, quand la journée n’a pas été bonne, il n’y a rien de tel que du choro pour me consoler…

Combien de musiciens seront présent.e.s pour la représentation de la Roda de Choro ?
Notre roda compte une douzaine de membres, selon les disponibilités de chacun.e. Pour la Fête de la Morue, nous devrions être une dizaine, et nous avons profité de cette occasion pour inviter un ami brésilien des Charentes, Rômulo Gonçalves, guitariste de grand talent. Alê Kali (la plus béglaise des brésiliennes !) devrait aussi nous faire l’amitié d’une participation, au chant, pour les rares morceaux chantés de notre répertoire (le choro reste avant tout une musique instrumentale).

Quelles sont les nationalités des membres du groupe ?
Parmi les membres « permanents » de la roda, nous sommes tou.te.s… françai.se.s ! De Bègles, Talence, Mont de Marsan, Bordeaux, Landiras, Ambarès… Parmi nous, plusieurs ont eu la chance de voyager au Brésil, et de se sentir proches de ce pays et de ses musiques. Plusieurs d’entre nous sont pratiquants d’autres musiques brésiliennes au sein d’autres associations, comme Macunaïma ou Nosso Maracatu.

Comment les membres du groupe ont-ils et elles connu le choro ?
Chacun a son histoire propre, bien sûr. Pour ceux et celles qui sont familier.ère.s des musiques brésiliennes, il y a un film documentaire qui a eu un rôle dans la connaissance de cette musique assez ancienne : « Brasilerinho », du réalisateur finlandais Mika Kaurismäki, sorti en 2005. Après un autre documentaire très important sur les musiques brésiliennes : « Moro no Brasil ». Ce film présente de façon passionnante les origines du choro et son renouveau récent. Car depuis plusieurs années, de nombreux jeunes artistes ont redécouvert ces musiques dont certaines ont plus d’un siècle, et l’ont remis au goût du jour, tels Hamilton de Hollanda, Yamandu Costa… Certain.e.s rappeur.euse.s brésilien.e.s en incluent même dans leurs samples ! Magnifique… En Europe, en France, il y a des rodas qui se constituent dans de nombreuses villes…

Et pour vos invité.e.s brésilien.ne.s, qu’est-ce que représente le fait de jouer du choro ?
Si nous n’avons pas de brésilien.e.s dans les membres permanents de la roda, nous avons régulièrement des invité.e.s

brésilien.e.s de passage. Au-delà de la beauté de cette musique, je pense qu’elle leur permet aussi, comme d’autres, de « matar a saudade » (expression signifiant « tuer la saudade », la mélancolie). Le mot choro signifie lui-même pleur, et il est vrai que cette musique incarne parfaitement cette nostalgie que les brésiliens savent cultiver comme personne !

Avoir la Roda de Choro à la Fête de la Morue dont le thème est le Brésil, qu’est-ce que cela signifie pour vous ?
Pour nous, la Fête de la Morue incarne une ambiance populaire, joyeuse, festive, musicale, de rue, et ce sont bien là toutes les valeurs qui véhiculent également les musiques brésiliennes ! Une édition sur la thématique du Brésil, sans le choro, eût été incomplète ! Nous sommes donc plus que ravi.e.s d’en être et on espère sincèrement faire passer un bon moment à celles et ceux qui viendront nous voir… Et ce sera aussi l’occasion de vous présenter, en exclusivité mondiale à Bègles, un des choros composés par notre talentueux guitariste Anthony et sa 7 cordes : « Mulheres » (femmes), de toute beauté !

Facebook : Roda de Choro de Bordeaux

Vendredi 14
21 h et à 23 h – Place Saky Limousin